FLUX4 RADIO - la radio offshore

Fais péter les basses Bruno, de Baru

flux4_mini_Baru

Baru qui s’apprête à revêtir les habits de Président du festival d'Angoulême produit Fais péter les basses Bruno à la façon d'un remake des Tontons flingueurs d’aujourd’hui. Les coulisses et l'organisation d'un casse par ces grands-pères, si plaisantes soient-elles ne constituent au fond pour Baru qu’un prétexte à prolonger son discours militant sur la situation sociale contemporaine. Pêle-mêle, il évoque la réalité du prolétariat, des sans-papiers, l'acculturation des individus et l'exploitation des plus faibles par les nantis. Son trait souple et direct du plus haut niveau, permet à cet opus de se ranger naturellement parmi les meilleurs de son auteur. (O.B.)

Fais péter les basses Bruno, de Baru - Futuropolis

NOVO_11_ComicSelecta_2_Baru


Arzak l'arpenteur, de Moebius - Glénat

flux4_mini_Arzak

En parallèle d'une exposition qui lui est consacrée à la Fondation Cartier jusqu'au 13 mars 2011, Jean Giraud alias Moebius ressuscite Arzak. Devenu emblématique de son univers, ce personnage créé dans les années 70 a inspiré de nombreux auteurs américains qui y voyaient l’aboutissement d’une esthétique à forte charge émotionnelle – le personnage de Tara dans le film Heavy Metal n’était autre que la transposition féminine de notre discret arpenteur. Avec cette nouvelle série en trois tomes, l’artiste libère la parole de cette figure mythique et continue de produire du rêve à chaque case en dépit d'un scénario quasi improvisé, presque secondaire mais non dénué d'humour. Si l'émerveillement provient évidemment du trait, le maître semble enfin réconcilié avec son double : le père de Blueberry s'applique aux décors de western pour ce mélange SF plutôt inédit. (O.B.)

Arzak l'arpenteur, de Moebius - Moebius Production

NOVO_11_ComicSelecta_1_Arzak


Les mers perdues, de Schuiten et Abeilles

novo_10_thumb_lesmersperdues

Schuiten reste parmi les dessinateurs les plus emblématiques de sa génération ; le cycle qu'il a initié avec Benoît Peeters, Les Cités Obscures, continue d'alimenter les fantasmes des amateurs de BD à travers l'Europe, voire au-delà. Alors quand il présente à l'écrivain une série de dessins inédits à l'écrivain Abeilles, ce dernier reconnaît une proximité, voire une intimité, avec son propre travail. Dès lors, il construit un récit qui met en présence un milliardaire, une jeune géologue, un dessinateur, un écrivain et un guide, pour une expédition dans des contrées imaginaires, où des statues immenses attestent de l'existence d'une ancienne civilisation. Avec Les Mers Perdues, le romanesque des deux univers - texte et les dessins - nous entraine dans une odyssée étrange, qui provoque chez le lecteur des sensations bien troublantes. (E.A.)

Les mers perdues, de Schuiten et Abeilles - Attila

novo_10_lesmersperdues

La colline empoisonnée, de Freddy Nadolny Poustochkine

novo_10_thumb_lacollineempoisonne

Freddy Nadolny Poustochkine (né d'un père ukrainien et d'une mère française) raconte le trajet d'un jeune novice au Cambodge apprenant difficilement l'enseignement des moines bouddhistes en parallèle du quotidien de Manu, jeune garçon vivant avec son frère et sa mère souvent absente, dans une cité de banlieue. L'ouvrage s'articule autour d'un fil invisible et ténu pour des portraits d'enfances isolées. L'auteur affiche une sensibilité à fleur de peau, dénuée de tout sensationnalisme, nourrie par des souvenirs personnels à l'affectivité palpable. Le trait réaliste et délicat s'affranchit de tout format pour s'étendre sur ces 350 pages probantes offertes à une contemplation tendre et marquante. (O.B.)

La colline empoisonnée de Freddy Nadolny Poustochkine - Futuropolis

novo_10_lacollineempoisonne

Zombillénium de Arthur de Pins

novo_10_thumb_zombillnium

Le vampire Francis von Bloodt gère le parc d'attraction Zombillénium où travaillent d'authentiques vampires et autres monstres. Aurélien, fraîchement accidenté, est embauché malgré lui dans l'entreprise. Surtout ne vous y trompez pas, sous ses allures d'histoire de vampires archi rebattue, Arthur De Pins parvient à l’exploit de régénérer le genre via un récit empli d'humour et de spontanéité. Les dialogues malins et dynamiques sont au niveau d’une esthétique très séduisante : tour de force, Zombillénium a entièrement été dessiné avec Illustrator. À double titre ici, l’outil plume fait mouche. (O.B.)

Zombillénium de Arthur de Pins - Dupuis

novo_10_zombillnium

Gloria va à l’essentiel de Marianne Maury Kauffmann


novo_10_thumb_gloria

Gloria, est le prototype de la bobo-intello de quarante ans qui passe son temps à se morfondre autant sur son physique qu'à vouloir tout réglementer dans son quotidien, notamment son fils, geek dont elle ne sait que faire. L'auteure, Marianne Maury Kauffmann qui a une expérience longue comme le bras des magazines féminins, propose ainsi la compilation de ses meilleures pages, allant à l'essentiel comme son personnage, avec un trait clair et bienveillant. Ne cachant rien des petites manies, des obsessions et autres névroses de Gloria, son album se lit comme on boit du petit lait. (O.B.)

Gloria va à l’essentiel de Marianne Maury Kauffmann - Delcourt

novo_10_gloria


Les pieds nickelés - Bio Profiteurs de Trap & Oiry

novo_10_thumb_piedsnickels

Il y a quelque chose de réjouissant dans l'annonce du retour des Pies Nickelés, la série créée en 1908 autour du trio des incorrigibles Croquignol, Ribouldingue et Folochar, sous le trait subtil de Stéphane Oiry et la plume acide de Trap ! C'est l'assurance de faire la nique aux donneurs de leçon et autres esprits bien-pensants. Dans ce volume consacré à l'ère du tout-bio, chacun en prend pour son grade. À voir ces trois-là tourner en dérision nos derniers fantasmes alimentaires, on prend conscience qu'il nous faut montrer autrement plus méfiants de nos veules inclinaisons. À bas les ultimes contraintes qu'on s'impose à soi-même, et vive la liberté ! (E.A.)

Les pieds nickelés - Bio Profiteurs de Trap & Oiry - Delcourt

novo_10_piedsnickels

Pluto, de Naoki Urasawa

flux4bd_pluto_kana_carr

Naoki Urasawa est déjà entré dans la légende du manga et de la BD après les fantastiques Monster et 20th Century Boys (adapté au cinéma), et le voilà qui entre de plain-pied au panthéon en s’attaquant à un classique du genre, le Astro Boy d’Osamu Tezuka. Pluto, c’est le dérivé de Pluton, le Dieu de la Guerre dans la mythologie grecque. Ici, des scientifiques du monde entier ont créé des robots hyper-perfectionnés dans le but de garantir la paix, tellement parfait qu’ils parviennent même à ressentir des émotions. Qui dit émotion dit aussi haine ou esprit de vengeance. La cohabitation homme / robots a jusqu’ici été courtoise, mais la guerre de Perse va tout changer. Les robots les plus forts sont exterminés les uns après les autres par un être mystérieux et l’enquête est confiée à Gesicht, un flic-robot, peut-être le plus fort de tous.

Urasawa, dans son style si caractéristique, donne une nouvelle ampleur et une nouvelle lecture à l’Astro Boy originel, en y apportant une certaine profondeur malgré un respect assez formel du scénario. Le style Tezuka était un peu plus naïf, un peu plus drôle aussi. Urasawa, lui, mise sur la tension, le suspense, le côté obscur de ses personnages. Comme d’habitude, cela fonctionne. Comme d’habitude, c’est génial. (S.R.)

Pluto, éditions Kana, 4 tomes publiés en France
(8 tomes en tout)

flux4bd_pluto_kana

Happy, de Naoki Urasawa

flux4bd_happy_carr

Naoki Urasawa aime le sport (son premier manga traitait de judo), et il aime les histoires compliquées, à plusieurs tiroirs. Dans Happy !, il se penche sur le cas d’une jeune prodige du tennis, Miyuki Umino, qui a dû mettre un terme à sa « carrière » pour s’occuper de ses trois petits frères et sœur. Le grand frère est lui tombé dans des affaires un peu louches, et des Yakuzas viennent réclamer à Umino la dette de 250 millions de yens qu’il a contractée. Sans le sou, employée d’un supermarché, la jeune femme va se voir proposer de tapiner pour leur compte… Evidemment, elle refuse et son seul moyen de gagner suffisamment d’argent, c’est de reprendre ses raquettes et tenter de devenir joueuse de tennis professionnelle. L’un des yakuzas, qui a manqué de peu une carrière de footballeur, va se prendre de sympathie pour elle et la soutenir.

Naoki Urasawa, sur fond de sport, nous livre encore une fois une intrigue soignée, avec de multiples personnages complexes et motivés par leurs propres ressorts. On se prend évidemment de sympathie pour cette jeune fille pleine d’entrain et d’abnégation et pour sa jeune fratrie. Des garnements qui prouvent qu’Urasawa peut aussi se montrer délicat et drôle quand il en a besoin. Encore un grand moment de lecture et une série qui promet. Vite, la suite ! (S.R.)

Happy ! chez Panini Mangas,
2 tomes parus en France (15 au total).

flux4bd_happy

Walter le loup, de Munuera

flux4bd_thumb_walter-le-lou

Un nouveau Munuera, c'est forcément un petit événement. Le dessinateur au style si précis et reconnaissable entre mille s'offre une aventure en solo avec Walter le loup, lui qui a plutôt pour habitude de mettre en images le scénario des autres. Graphiquement, on s'y retrouve, Munuera joue avec les personnages, leurs attitudes, comme il sait si habilement le faire. Malheureusement, l'histoire a un peu de mal à se remettre d'une sérieuse impression de déjà-vu, en droite ligne de Beep-Beep et le Coyotte.

Ici, Fairbanks le renard mort de faim n'a qu'une idée en tête : piquer la bouffe de Walter, le loup un peu simplet. Il va mettre toute son ingéniosité en œuvre pour attraper une soupe, du poisson, un sandwich, et bien sûr, ça rate à chaque fois. Mais contrairement à l'œuvre gigantesque de Chuck Jones, on a du mal ici à avoir de la sympathie pour ce renard imbu de sa personne et ses plans pas assez foireux pour être vraiment drôle. Ce Walter le loup promettait beaucoup, mais les promesses n'engagent que ceux qui y croient. S.R.

Walter le loup - Une faim de Renard, chez Dargaud

flux4bd_walter_le_loup

 

RADIO ON AIR


Warning: simplexml_load_file(http://ws.audioscrobbler.com/2.0/?method=track.getInfo&api_key=6d69f6042038212fdc0d64f1617c94c0&artist=%20FOXYGEN&track=Follow%20the%20Leader%20): failed to open stream: HTTP request failed! HTTP/1.1 400 Bad Request in /public_html/PROD/flux4v4/player/lancez-moi.php on line 25

Notice: Trying to get property of non-object in /public_html/PROD/flux4v4/player/lancez-moi.php on line 28

Notice: Trying to get property of non-object in /public_html/PROD/flux4v4/player/lancez-moi.php on line 28

Notice: Trying to get property of non-object in /public_html/PROD/flux4v4/player/lancez-moi.php on line 28

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /public_html/PROD/flux4v4/player/lancez-moi.php on line 28
Ecouter flux4 FOXYGEN
Follow the Leader

ARCHIVES SONORES


Warning: Creating default object from empty value in /public_html/PROD/flux4v4/modules/mod_aidanews2/helper.php on line 1111

Warning: Creating default object from empty value in /public_html/PROD/flux4v4/modules/mod_aidanews2/helper.php on line 1111
grand-corps-malade
Grand Corps MaladeInterviews audio
entrevues-2013-emission-avec-lili-hinstin-michele-demange-une-partie-du-jury-marc-fitoussi-caroline-charpentier-et-jean-claude-laureux
EntreVues 2013, samedi 7/12, émission avec Lili...EntreVues festival du film à Belfort 2013

DÉCOUVRIR


Warning: Creating default object from empty value in /public_html/PROD/flux4v4/modules/mod_aidanews2/helper.php on line 1111

Warning: Creating default object from empty value in /public_html/PROD/flux4v4/modules/mod_aidanews2/helper.php on line 1113
 

CRASH PHOTO


Warning: Creating default object from empty value in /public_html/PROD/flux4v4/modules/mod_aidanews2/helper.php on line 1111