FLUX4 RADIO - la radio offshore

Ma part du gâteau, social mais pas militant

flux4_klapisch

Le dernier film de Cédric Klapisch, Ma part du gâteau, donne la parole aux ouvriers. Gilles Lellouche, en trader overbooké, embauche une femme de ménage (Karin Viard), qui va lui apprendre ce qu'elle sait de la vie. Nous avons rencontré le réalisateur et l'acteur dans l'ambiance tamisée de l'hôtel Régent à Strasbourg. Quand l'humour flirte avec la gravité.

Lire la suite : Ma part du gâteau, social mais pas militant

Stéphanie Chuat et Véronique Reymond, la vie en dehors des murs de La petite chambre

scvr

En abordant le sujet très actuel du vieillissement de la population, Stéphanie Chuat et Véronique Reymond nous proposent une leçon de vie et nous rappellent l’importance des relations humaines. Rencontre avec l’enthousiasme des deux réalisatrices.

Lire la suite : Stéphanie Chuat et Véronique Reymond, la vie en dehors des murs de La petite chambre

La petite chambre, de Stéphanie Chuat et Véronique Reymond

lapetitechambre200x200

Autour du regard intransigeant que porte la société sur la vieillesse, Stéphanie Chuat et Véronique Reymond réalisent leur premier long-métrage de fiction en livrant un panel d’émotions surprenant.

Séduit dès la première lecture par le scénario, Michel Bouquet revient au cinéma dans La petite chambre en y incarnant Edmond, un vieillard à l’esprit vif qui refuse de s’installer en maison de retraite. Ironisant sa situation, il construit une relation forte et sincère avec son infirmière à domicile, enfermée dans le deuil insurmontable d’un enfant. Tendants parfois au manichéisme, Edmond et Rose vivent un moment de vie difficile qui les révoltent et qu’ils extériorisent chacun à leur manière. À l’instar de Je l’aimais, l’interprétation de Florence Loiret Caille insuffle le chagrin du film contrebalancé par les traits d’esprits du personnage de Michel Bouquet.

« Je suis pas débile quand même ! » s’exclame Edmond lors de l’une des scènes avec Rose. Par la légèreté de cette seule phrase, la lourdeur des thèmes abordés s’affirme : où plaçons-nous la dignité de nos aïeux dans la société actuelle ? Devenons-nous les parents des nôtres ? En évoquant l’infantilisation des personnes âgées mêlée à un décès périnatal, le film traite de la fragilité de l’existence avec un humour maitrisé. Bien souvent, les questions métaphysiques s’estompent et laissent place au pragmatisme nécessaire. Entre ces deux axes, le film louvoie.

S’il est affranchi de toute convention sociale, le film ne fait pas l’économie de la nécessité des rapports humains. A fortiori, ce sont eux qui permettront aux personnages de fermer la porte de La petite chambre.

Pauline Hofmann et Sophie Ruch

Un film de Stéphanie Chuat et Véronique Reymond avec Florence Loiret-Caille, Michel Bouquet et Eric Caravaca - Vega Distribution

Rencontre avec les deux réalisatrices sur le site de Flux4

9_La_petite_chambre


Nikola Karabatic, l’extra-terrestre terriblement humain

flux4_Kara

A 26 ans, l’arrière de l’équipe de France de handball a tout gagné. Tout. Il fait partie de la génération dorée des Bleus, celle des Experts, champions d’Europe, champions du monde, champions olympique. Derrière ce joueur d’exception, élu meilleur joueur du monde, se cache en fait un jeune homme d’une simplicité confondante. En dehors des parquets, le natif de Nis (Serbie) qui fait craquer ces dames, redevient un homme. Et ça, c’est plutôt rassurant.

Lire la suite : Nikola Karabatic, l’extra-terrestre terriblement humain

Fragments, de Marilyn Monroe

flux4_mini_MarilynMonroe

Non Marilyn Monroe n’est pas seulement cet être capricieux qu’on veut bien nous décrire dans certains récits hollywoodiens douteux. Au-delà de l’extrême fascination qu’elle continue d’exercer cette jeune femme était en capacité de s’interroger, parfois avec une acuité déconcertante sur son environnement et sur l’art de son temps : en témoigne cette suite de poèmes sensibles, écrits intimes, lettres et autres réflexions issues de ses carnets personnels. Présentés dans cet ouvrage avec des partis pris formels remarquables, à la limite du fac-similé, ces Fragments nous renseignent avec émotion sur le drame d’une artiste unique. (E.A.)

Fragments - Seuil

flux4_livre_MarilynMonroe


L'homme qui inventa Manhattan, de Ray Loriga

flux4_mini_Manhattan

Roman éclaté en trente huit fragments, L’homme qui inventa Manhattan débute comme un conte et s’ouvre sur l’histoire d’un exil, celui de Charlie et de Chad, deux Roumains dont le rêve de s’installer à New York pour y vivre une vie meilleure finit par se réaliser. Un jour, pourtant, Charlie choisit de se suicider et pour Chad commence alors un autre voyage, à la découverte des gens et des lieux qui marquèrent son ami. De cette galerie de personnages farfelus, tragiques, candides, drôles, paumés ou retors se dégage une poésie et une musique qui enchantent le lecteur et l’emportent, au gré de ces bribes de destins qui s’entrecroisent, dans les rues, les immeubles, les bars, les parcs, les salons de coiffure d’un New York coloré, tour à tour réel et fantasmé, constamment réinventé. (C.S.)

L'homme qui inventa Manhattan - Les Allusifs

flux4_livre_Manhattan


Nuits bleues, calmes bières, de Jean-Pierre Martinet

flux4_mini_NuitsBleues

L’humour noir et féroce de Jean-Pierre Martinet saute à la figure du lecteur qui, emporté par le souffle d’une écriture singulière et poétique, suit le destin de cet homme coincé entre le monde des morts et celui des vivants, titubant de bar en bar, de bière en bière, solitaire, et de cette vieille femme apeurée, persuadée qu’elle est poursuivie par de petites filles apparaissant avec la foudre, se cachant dans les groseilliers et finissant tapies sous son lit. Ironie et dérision font la force des deux contes que propose ce recueil. Ils offrent à tous ceux qui voudront découvrir l’œuvre de cet auteur trop peu connu une porte d’entrée idéale. À condition de ne pas craindre de pousser une porte qui s’ouvre sur l’enfer. (C.S.)

Nuits bleues, calmes bières - Finitude

flux4_livre_NuitsBleues


Ce que la vie signifie pour moi, de Jack London

flux4_mini_JackLondon

N’être ni l’esclave saigné à blanc par le capital, ni le maître qui tente de se cacher son infamie, mais vivre, être « propre, noble et vivant » ! Telle fut la devise de Jack London. Il conte ici quelques-unes de ses péripéties à différents niveaux de l’échelle sociale pour dénoncer, de façon lapidaire et brillante, les vies exténuées par le travail, les existences gâchées par l’épargne, la rationalité économique qui tue le faible, séduit le cynique, désenchante l’idéaliste. London oppose à cette pulsion de mort nourrie de dividendes son intelligence et son énergie. Un livre salutaire qui rappelle ce que c’est, pour un homme, que rester debout. (N.E.)

Ce que la vie signifie pour moi - Le Sonneur

flux4_livre_JackLondon


Le métro blanc et autres histoires, de William Burroughs

flux4_mini_WilliamBurroughs

En marge du 25ème anniversaire de la première publication américaine de Queer, le roman-chaos de William Burroughs proposé dans une version française revue et augmentée, Christian Bourgois édite un recueil de textes rares que l’auteur américain destinait à des magazines littéraire underground, dont certains très éphémères : une manière pour le lecteur de solder ses fantasmes concernant la pratique du cut-up, une forme poétique radicale que ce maître de la Beat Generation a beaucoup exploitée sans la systématiser pour explorer ses thèmes de prédilection : rêverie urbaine, sexualité émancipée et désespoir. (E.A.)

Le métro blanc et autres histoires - Christian Bourgeois

flux4_livre_WilliamBurroughs


Coffret 4DVD de Franck Borzage

flux4_dvd_Borzage

Si son nom nous est moins familier que les maîtres Griffith ou Murnau, Frank Borzage n’en reste pas moins l’un des réalisateurs les plus importants de la première moitié du XXe siècle. Ce travailleur insatiable connaît ses premiers succès au début des années 20, mais c’est avec L’Heure Suprême (1927) qu’il s’impose comme l’un des dignes représentants du mélodrame cinématographique américain. Pour cette sublime romance qu’il situe dans le Paris de la Première Guerre mondiale, il n’hésite pas à mêler de réelles préoccupations sociales à une vision spirituelle et hautement poétique qui a un impact considérable sur les artistes surréalistes. Avec Janet Gaynor et Charles Farrell, le couple qu’il a constitué pour l’occasion, il multiplie les succès – L’Ange de la rue (1928) et Lucky Star (1929) – avant d’explorer des voies encore plus sensuelles avec La Femme au Corbeau (1929). On suppose que cette première série de rééditions en DVD en appelle d’autres, les chefs d’œuvre des années 30. (E.A.)

De Franck Borzage - Carlotta


 

RADIO ON AIR


Warning: simplexml_load_file(http://ws.audioscrobbler.com/2.0/?method=track.getInfo&api_key=6d69f6042038212fdc0d64f1617c94c0&artist=%20BRIAN%20ENO&track=By%20This%20River%20): failed to open stream: HTTP request failed! HTTP/1.1 400 Bad Request in /public_html/PROD/flux4v4/player/lancez-moi.php on line 25

Notice: Trying to get property of non-object in /public_html/PROD/flux4v4/player/lancez-moi.php on line 28

Notice: Trying to get property of non-object in /public_html/PROD/flux4v4/player/lancez-moi.php on line 28

Notice: Trying to get property of non-object in /public_html/PROD/flux4v4/player/lancez-moi.php on line 28

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /public_html/PROD/flux4v4/player/lancez-moi.php on line 28
Ecouter flux4 BRIAN ENO
By This River

ARCHIVES SONORES


Warning: Creating default object from empty value in /public_html/PROD/flux4v4/modules/mod_aidanews2/helper.php on line 1111

Warning: Creating default object from empty value in /public_html/PROD/flux4v4/modules/mod_aidanews2/helper.php on line 1111

DÉCOUVRIR


Warning: Creating default object from empty value in /public_html/PROD/flux4v4/modules/mod_aidanews2/helper.php on line 1111

Warning: Creating default object from empty value in /public_html/PROD/flux4v4/modules/mod_aidanews2/helper.php on line 1111
 

CRASH PHOTO


Warning: Creating default object from empty value in /public_html/PROD/flux4v4/modules/mod_aidanews2/helper.php on line 1111